Christologie

Les grandes dates christiques à travers l'Art

Le baiser de Judas et l’arrestation

Fête mobile (la Passion du Christ a eu lieu le 25 mars)

Vendredi saint : la Passion du Christ
Le_baiser_de_Judas_Piero_Lorenzetti
Tandis qu’il parlait encore, voici une foule, et à sa tête marchait le nommé Judas, l’un des Douze, qui s’approcha de Jésus pour lui donner un baiser.
Mais Jésus lui dit :
– « Judas, c’est par un baiser que tu livres le Fils de l’homme !

Le Jardin de Getshémani

Fete mobile

Jeudi de la semaine de Pâques

Tarchiani

Tarchiani

Il sortit et se rendit, comme de coutume, au mont des Oliviers, et les disciples aussi le suivirent.
Parvenu en ce lieu, il leur dit :
– « Priez, pour ne pas entrer en tentation.  »
Puis il s’éloigna d’eux environ un jet de pierre et, fléchissant les genoux, il priait en disant :
– « Père, si tu veux, éloigne de moi cette coupe ! Cependant, que ce ne soit pas ma volonté, mais la tienne qui se fasse !  »
Alors lui apparut, venant du ciel, un ange qui le réconfortait. Entré en agonie, il priait de façon plus instante, et sa sueur devint comme de grosses gouttes de sang qui tombaient à terre.
Se relevant de sa prière, il vint vers les disciples qu’il trouva endormis de tristesse, et il leur dit :
– « Qu’avez-vous à dormir ? Relevez-vous et priez, pour ne pas entrer en tentation. « Lc 22:39-46


La Cène, le Pain et le Vin

Fête mobile

Jeudi de la semaine de Pâques
La_Cene_1494-1554_Burgo

Burgo

Puis, ayant reçu une coupe, il rendit grâces et dit :
– « Prenez ceci, et partagez entre vous ; car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du produit de la vigne jusqu’à ce que le Royaume de Dieu soit venu.  »
Puis, prenant du pain, il rendit grâces, le rompit et le leur donna, en disant :
– « Ceci est mon corps, donné pour vous ; faites cela en mémoire de moi.  »
Il fit de même pour la coupe après le repas, disant :
– « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang, versé pour vous.Lc 22:17-20


Le Dernier Repas

Fête mobile

Jeudi de la semaine de Pâques
Ghuilandaio

Ghuilandaio

Lorsque l’heure fut venue, il se mit à table, et les apôtres avec lui.
Et il leur dit :
–  » J’ai ardemment désiré manger cette pâque avec vous avant de souffrir ; car je vous le dis, jamais plus je ne la mangerai jusqu’à ce qu’elle s’accomplisse dans le Royaume de Dieu. « Lc 22:14-16


Le Lavement des Pieds

Fête mobile

Jeudi de la semaine de Pâques
Le_lavement_des_pieds_Giotto_Padoue2

Giotto

Il se lève de table, dépose ses vêtements, et prenant un linge, il s’en ceignit. Puis il met de l’eau dans un bassin et il commença à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint.
Il vient donc à Simon-Pierre, qui lui dit :
– « Seigneur, toi, me laver les pieds ? « 
Jésus lui répondit :
– « Ce que je fais, tu ne le sais pas à présent ; par la suite tu comprendras. « 
Pierre lui dit :
– « Non, tu ne me laveras pas les pieds, jamais ! « 
Jésus lui répondit :
– « Si je ne te lave pas, tu n’as pas de part avec moi. « 
Simon-Pierre lui dit :
– « Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! « 
Jésus lui dit :
– « Qui s’est baigné n’a pas besoin de se laver ; il est pur tout entier. Vous aussi, vous êtes purs ; mais pas tous. « 
Il connaissait en effet celui qui le livrait ; voilà pourquoi il dit :
– « Vous n’êtes pas tous purs. « 
Quand il leur eut lavé les pieds, qu’il eut repris ses vêtements et se fut remis à table, il leur dit :
– « Comprenez-vous ce que je vous ai fait ? Vous m’appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien, car je le suis. Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. Car c’est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi comme moi j’ai fait pour vous. En vérité, en vérité, je vous le dis, le serviteur n’est pas plus grand que son maître, ni l’envoyé plus grand que celui qui l’a envoyé. Sachant cela, heureux êtes-vous, si vous le faites. Ce n’est pas de vous tous que je parle ; je connais ceux que j’ai choisis ; mais il faut que l’Écriture s’accomplisse : Celui qui mange mon pain a levé contre moi son talon. Je vous le dis, dès à présent, avant que la chose n’arrive, pour qu’une fois celle-ci arrivée, vous croyiez que Je Suis. En vérité, en vérité, je vous le dis, qui accueille celui que j’aurai envoyé m’accueille ; et qui m’accueille, accueille celui qui m’a envoyé. « Jn 13:4-20


Onction à Béthanie

Fête mobile

Mercredi de la semaine de Pâques
Jean Restout

Jean Restout

Comme Jésus se trouvait à Béthanie, chez Simon le lépreux, une femme s’approcha de lui, avec un flacon d’albâtre contenant un parfum très précieux, et elle le versa sur sa tête, tandis qu’il était à table.
A cette vue les disciples furent indignés :
– « A quoi bon ce gaspillage ? dirent-ils ; cela pouvait être vendu bien cher et donné à des pauvres. »
Jésus s’en aperçut et leur dit :
–  Pourquoi tracassez-vous cette femme ? C’est vraiment une « bonne œuvre » qu’elle a accomplie pour moi.Les pauvres, en effet, vous les aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. Si elle a répandu ce parfum sur mon corps, c’est pour m’ensevelir qu’elle l’a fait. En vérité je vous le dis, partout où sera proclamé cet Évangile, dans le monde entier, on redira aussi, à sa mémoire, ce qu’elle vient de faire. »Alors l’un des Douze, appelé Judas Iscariote, se rendit auprès des grands prêtres et leur dit :
– « Que voulez-vous me donner, et moi je vous le livrerai ?  »
Ceux-ci lui versèrent trente pièces d’argent. Et de ce moment il cherchait une occasion favorable pour le livrer.

Mt 26:6-16


Le sermon sur la montagne

Fête mobile

Lundi de la semaine de Pâques
Fra Angelico

Fra Angelico

C’est pourquoi, voici que j’envoie vers vous des prophètes, des sages et des scribes : vous en tuerez et mettrez en croix, vous en flagellerez dans vos synagogues et pourchasserez de ville en ville, pour que retombe sur vous tout le sang innocent répandu sur la terre, depuis le sang de l’innocent Abel jusqu’au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez assassiné entre le sanctuaire et l’autel !En vérité, je vous le dis, tout cela va retomber sur cette génération !

 » Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants à la manière dont une poule rassemble ses poussins sous ses ailes…, et vous n’avez pas voulu !
Voici que votre maison va vous être laissée déserte.
Je vous le dis, en effet, désormais vous ne me verrez plus, jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !  »

Mt 23:34-39

Comme Jésus sortait du Temple et s’en allait, ses disciples s’approchèrent pour lui faire voir les constructions du Temple.
Mais il leur répondit :  » Vous voyez tout cela, n’est-ce pas ? En vérité je vous le dis, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit jetée bas.  »
Et, comme il était assis sur le mont des Oliviers, les disciples s’approchèrent de lui, en particulier, et demandèrent :  » Dis-nous quand cela aura lieu, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde.  »
Car il en viendra beaucoup sous mon nom, qui diront : « C’est moi le Christ », et ils abuseront bien des gens. Vous aurez aussi à entendre parler de guerres et de rumeurs de guerres ; voyez, ne vous alarmez pas : car il faut que cela arrive, mais ce n’est pas encore la fin. On se dressera, en effet, nation contre nation et royaume contre royaume. Il y aura par endroits des famines et des tremblements de terre. Et tout cela ne fera que commencer les douleurs de l’enfantement. Alors on vous livrera aux tourments et on vous tuera ; vous serez haïs de toutes les nations à cause de mon nom. Et alors beaucoup succomberont ; ce seront des trahisons et des haines intestines.
Des faux prophètes surgiront nombreux et abuseront bien des gens. Par suite de l’iniquité croissante, l’amour se refroidira chez le grand nombre. Mais celui qui aura tenu bon jusqu’au bout, celui-là sera sauvé.
Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera proclamée dans le monde entier, en témoignage à la face de toutes les nations. Et alors viendra la fin.
Lors donc que vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, installée dans le saint lieu que le lecteur comprenne !

Alors que ceux qui seront en Judée s’enfuient dans les montagnes, que celui qui sera sur la terrasse ne descende pas dans sa maison pour prendre ses affaires, et que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau !
Malheur à celles qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là !
Priez pour que votre fuite ne tombe pas en hiver, ni un sabbat.
Car il y aura alors une grande tribulation, telle qu’il n’y en a pas eu depuis le commencement du monde jusqu’à ce jour, et qu’il n’y en aura jamais plus.
Et si ces jours-là n’avaient été abrégés, nul n’aurait eu la vie sauve ; mais à cause des élus, ils seront abrégés, ces jours-là.

Alors si quelqu’un vous dit : « Voici : le Christ est ici !  » ou bien : « Il est là ! « , n’en croyez rien. Il surgira, en effet, des faux Christs et des faux prophètes, qui produiront de grands signes et des prodiges, au point d’abuser, s’il était possible, même les élus.

Voici que je vous ai prévenus. « Si donc on vous dit : « Le voici au désert », n’y allez pas ; « Le voici dans les retraites », n’en croyez rien.
Comme l’éclair, en effet, part du levant et brille jusqu’au couchant, ainsi en sera-t-il de l’avènement du Fils de l’homme. Où que soit le cadavre, là se rassembleront les vautours. Aussitôt après la tribulation de ces jours-là, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées.
Et alors apparaîtra dans le ciel le signe du Fils de l’homme ; et alors toutes les races de la terre se frapperont la poitrine ; et l’on verra le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et grande gloire.
Et il enverra ses anges avec une trompette sonore, pour rassembler ses élus des quatre vents, des extrémités des cieux à leurs extrémités.
Du figuier apprenez cette parabole. Dès que sa ramure devient flexible et que ses feuilles poussent, vous comprenez que l’été est proche.
Ainsi vous, lorsque vous verrez tout cela, comprenez qu’Il est proche, aux portes.
En vérité je vous le dis, cette génération ne passera pas que tout cela ne soit arrivé. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.
Quant à la date de ce jour, et à l’heure, personne ne les connaît, ni les anges des cieux, ni le Fils, personne que le Père, seul. Comme les jours de Noé, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme.
En ces jours qui précédèrent le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche, et les gens ne se doutèrent de rien jusqu’à l’arrivée du déluge, qui les emporta tous. Tel sera aussi l’avènement du Fils de l’homme.

Alors deux hommes seront aux champs : l’un est pris, l’autre laissé ; deux femmes en train de moudre ; l’une est prise, l’autre laissée.

Veillez donc, parce que vous ne savez pas quel jour va venir votre Maître.
Comprenez-le bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur devait venir, il aurait veillé et n’aurait pas permis qu’on perçât le mur de sa demeure.
Ainsi donc, vous aussi, tenez-vous prêts, car c’est à l’heure que vous ne pensez pas que le Fils de l’homme va venir.

Mt 24:1-44


Jésus chasse les marchands du Temple

Fête mobile

Lundi de la semaine de Pâques
el Greco

el Greco

La Pâque des Juifs était proche et Jésus monta à Jérusalem.
Il trouva dans le Temple les vendeurs de bœufs, de brebis et de colombes et les changeurs assis.
Se faisant un fouet de cordes, il les chassa tous du Temple, et les brebis et les bœufs ; il répandit la monnaie des changeurs et renversa leurs tables, et aux vendeurs de colombes il dit :
–  » Enlevez cela d’ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de commerce.  »
Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit :  » Le zèle pour ta maison me dévorera.  »
Alors les Juifs prirent la parole et lui dirent :
–  » Quel signe nous montres-tu pour agir ainsi ?  »
Jésus leur répondit :
–  » Détruisez ce sanctuaire et en trois jours je le relèverai.  »
Les Juifs lui dirent alors :
–  » Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèveras ? »
Mais lui parlait du sanctuaire de son corps. Aussi, quand il ressuscita d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela, et ils crurent à l’Écriture et à la parole qu’il avait dite.Comme il était à Jérusalem durant la fête de la Pâque, beaucoup crurent en son nom, à la vue des signes qu’il faisait. Mais Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous et qu’il n’avait pas besoin d’un témoignage sur l’homme : car lui-même connaissait ce qu’il y avait dans l’homme.

Jn 2:13-25


Les Rameaux

Fête mobile

Dimanche des Rameaux

Entree_Jerusalem_Giotto

Le lendemain, la foule nombreuse venue pour la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem ;
Ils prirent les rameaux des palmiers et sortirent à sa rencontre et ils criaient :
-« Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur et le roi d’Israël !

Jésus, trouvant un petit âne, s’assit dessus selon qu’il est écrit : « Sois sans crainte, fille de Sion : Voici que ton roi vient, monté sur un petit d’ânesse. »
Cela, ses disciples ne le comprirent pas tout d’abord ; mais quand Jésus eut été glorifié, alors ils se souvinrent que cela était écrit de lui et que c’était ce qu’on lui avait fait.
La foule qui était avec lui, quand il avait appelé Lazare hors du tombeau et l’avait ressuscité d’entre les morts, rendait témoignage.
C’est aussi pourquoi la foule vint à sa rencontre : parce qu’ils avaient entendu dire qu’il avait fait ce signe.
Alors les Pharisiens se dirent entre eux : « Vous voyez que vous ne gagnez rien ; voilà le monde parti après lui ! « Jn 12:12-19


L’Annonciation

Fêtée le 25 mars

annonciation_fra_angelico

Fra Angelico

Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, du nom de Nazareth, à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David ; et le nom de la vierge était Marie.
Il entra et lui dit :
– « Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi. »
A cette parole elle fut toute troublée, et elle se demandait ce que signifiait cette salutation.
Et l’ange lui dit :
– « Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus. Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; il règnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n’aura pas de fin. »
Mais Marie dit à l’ange :
– « Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit :
– « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu’Élisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu’on appelait la stérile ; car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors :
– « Je suis la servante du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole ! » Et l’ange la quitta.Luc (I, 26-38) (Bible de Jérusalem)

Proudly powered by Wordpress